Vu les températures estivales de ces derniers jours, nous avons du mal à croire que nous sommes en automne... Il est donc encore d'actualité de vous présenter une petite robe d'été. Et comme nous sommes le 20, c'est l'occasion de participer au "Rendez-vous avec Victor", initié par Le Chat et la Marmotte. Le but : on se donne rendez-vous le 20 du mois pour présenter une réalisation à partir d'un patron de La Maison Victor, un joli défi auquel je vais essayer d'être assidue.

 

Comme je vous le disais dans mon post précédent, cette saleté d’endométriose, m’a cloué à la maison pendant plusieurs semaines, me demandant de faire le moins d’efforts possibles. Autant vous dire que j’ai du prendre mon mal en patience… Heureusement, ma maman était là pour m’aider dans les gestes du quotidien, pendant que Monsieur était au boulot. Pour la remercier, j’ai eu envie, une fois un peu de mobilité retrouvée, de lui coudre une robe.

Elle portait cette été, une petite robe toute simple, qu’elle appréciait pour sa légèreté et son grand confort. L’idée était de lui coudre quelque chose se rapprochant au mieux de sa petite robe chérie.

Robe génova 3

Le tissu s’est très vite imposé, et aussitôt validé par sa future destinataire : un coton type lange de couleur turquoise déniché au marché Wilson de Reims. La matière étant quasiment identique à la robe qu’elle trouve si confortable.

Pour le patron, ça n’a pas été compliqué non plus. En feuilletant mes magazines La Maison Victor, nous sommes très vite tombées d’accord sur la Robe Génova. Robe que l’on a beaucoup vu sur les réseaux sociaux (notamment sur Instagram), et que je voulais d’ailleurs me coudre, mais dont la version que je m’étais imaginée attendra…

Robe génova 1

Le modèle est relativement simple puisqu’il se compose de quatre pièces différentes, plus deux pour les parementures. Il est d’ailleurs noté d’un niveau 1 sur 4, idéal pour les débutants, ou pour une cousette sans prise de tête…

Quoique, sans prise de tête, c’est peu dire. En effet, la couture s’est avérée un peu plus compliquée que prévue, mais c’est surtout le tissu qui m’a donné du fil à retordre ! Sa fluidité le rend très glissant et son aspect gaufré complique lencore plus la couture...

Pour les mancherons, il est demandé de faire un ourlet à double rabat de 0.5 cm. Autant vous dire qu’avec mon tissu, cela a été une vraie galère ! J’ai fini par utiliser le pied ourleur de ma machine à coudre, qui bâti et coud lui même l’ourlet sur une petite largeur de tissu. Je manque encore un peu d’entrainement, mais finalement les mancherons sont mieux finis ainsi.

Hormis ça, rien de bien compliqué, les explications sont bien détaillées et illustrées. J’ai bien aimé la construction de la robe, on assemble les hauts et bas de la robe, et la coulisse est formée en rabattant la marge de cette couture. C’est la première fois que je rencontre cette façon de faire, et j’ai apprécié sa facilité de construction.

Robe génova 2

Robe génova 4

 

Robe génova dos

Le tissu, de part sa matière, a tendance à épouser les formes du corps, dévoilant même un peu trop de détails.

Toutefois, ma maman a l’air contente de sa nouvelle robe. Bien qu’émettant des doutes au départ, elle apprécie finalement la coulisse, qu’elle utilise pour resserrer et donner un peu de mouvement à sa robe.

Et vous que pensez-vous de sa nouvelle robe ?

Robe génova dos 2


Petit récap :


Mes autres réalisations La Maison Victor